Josep Vicent Boira et Matteo Berzi
Commissariat du gouvernement espagnol pour le corridor méditerranéen

Analyse des synergies potentielles entre le corridor méditerranéen, développé dans le cadre du réseau transeuropéen de transport, et le corridor multimodal transmaghrébin (CMT) dans l’ère post-COVID-19.

Oumnia Boutaleb
Policy Center for the New South (PCNS)

L’actuelle crise sanitaire, au-delà d’avoir mis les systèmes sanitaires mondiaux à rude épreuve, a redéfini la géopolitique mondiale. Les grands réseaux de transport doivent être réadaptés et ajustés aux évolutions géopolitiques et aux nouvelles dynamiques mondiales.

Anwar Zibaoui
ASCAME

Nous sommes confrontés à un défi qui va changer le monde. Alors que les pays prennent des mesures essentielles pour protéger leurs populations, aucun secteur n’est à l’abri du changement. Les frontières ferment, le télétravail est devenu la norme, il est interdit de voyager et les populations sont confinées. L’épidémie de coronavirus redéfinit la façon dont nous restons connectés. Avec un cinquième de la planète déjà isolée, il est impératif de maintenir le flux des marchandises afin que les fournitures essentielles puissent arriver là où elles sont nécessaires. Le secteur de la logistique mondiale est confronté au plus grand défi jamais rencontré.

Roel Janssens
Secrétaire du Groupe de travail sur les tendances et l’économie des transports, CEE-ONU

La première réaction à l’apparition de la pandémie de beaucoup de gouvernements fut de fermer les frontières terrestres, aériennes et maritimes au trafic non essentiel. Ces mesures ont eu pour effet de bloquer des dizaines de milliers de camions aux frontières, ce qui a eu un impact important sur la livraison de biens essentiels, tels que la nourriture, les produits pharmaceutiques et médicaux, mais aussi du carburant, surtout pour les pays les plus vulnérables économiquement qui se reposent souvent massivement sur les importations pour couvrir leurs besoins essentiels.

Michalis P. Adamantiadis
EuroMed TSP

Le transport est une responsabilité stratégique des gouvernements, qui peuvent jouer un rôle important dans la promotion de l’efficacité, à travers le développement des réseaux de transport et d’un cadre réglementaire dans lequel chaque service de transport peut se développer efficacement et dans les meilleures conditions possibles de sécurité et de protection de l’environnement.

Michaël Tanchum
Université de Navarre, Espagne

La pandémie de COVID-19 a bouleversé la stratégie de mise en place de corridors de transport commercial entre l’Europe et l’Afrique dans le bassin méditerranéen. Avant le début de la pandémie, le système de l’Union européenne (UE) était déjà confronté à un défi stratégique urgent : élaborer une politique cohérente et efficace en Afrique du Nord afin de répondre aux rôles de plus en plus importants joués par la Chine, la Russie, la Turquie et les États arabes du Golfe dans le développement de la connectivité transméditerranéenne.

Eduard Rodés
Escola Europea – Intermodal Transport

La durabilité est devenue l’un des facteurs essentiels dans l’élaboration des politiques de tous les pays. Les Nations unies, avec leur initiative Agenda 2030, et l’Union européenne (UE), avec le Pacte vert, ont défini le cap d’une société à faible émission de carbone en 2050. La COVID-19 a encore renforcé la nécessité de mener à bien cette révolution de la durabilité.

Mustapha Lhamouz
Directeur de la Supervision des Activités et des Opérateurs, Agence Nationale des Ports du Maroc

Les ports marocains ont joué un rôle majeur dans la gestion de la crise sanitaire de la Covid-19. Le secteur portuaire a en effet, fait preuve d’une forte résilience et d’une grande agilité, en adaptant les différents processus opérationnels au nouveau contexte qui impose la prise en compte des mesures de sécurité sanitaire pour faire face au risque pandémique.

Giorgia Giovannetti y Arianna Vivoli
Université de Florence, Italie

Un débat s’est récemment ouvert sur l’avenir des chaînes de valeur mondiales (CVM), pour savoir si la mondialisation excessive de la production avait servi de chaîne de transmission ou de filet de sécurité, et si cette crise conduirait à un processus de démondialisation ou de slowbalization (Antras, 2020), avec des entreprises qui relocalisent leur production ou du moins qui délocalisent leur production mais dans un pays proche.

Marco Ricceri
Eurispes – Istituto di Studi Politici Economici e Sociali

Les engagements sectoriels spécifiques s’inscrivent dans un cadre plus large de renforcement de la collaboration entre les États que le sommet du G20-2020 a confirmé comme étant la seule façon d’aller de l’avant pour faire face aux effets de la crise pandémique mondiale, « relever les défis actuels et permettre à tous de bénéficier des chances qu’offre le XXIe siècle.